portrait de Christophe Desbois chasseur de tête et fondateur de Human Cap cabinet de recrutement top management à Bordeaux

Portrait : Christophe DESBOIS, Human Cap, la valeur du capital humain

Portrait d'entrepreneur de Christophe Desbois du Cabinet de recrutement Human Cap à Bordeaux
Christophe DESBOIS, fondateur de Human Cap – Photographie : Manon LEPREVOST

Christophe DESBOIS est le fondateur de Human Cap, cabinet de conseil en recrutement et chasse de têtes à Bordeaux. Rapidement happé par le monde des ressources humaines, c’est pourtant un parcours très éclectique qui l’a mené à des telles fonctions. Originaire d’Arcachon et de Bordeaux, Christophe DESBOIS s’attachera tout le long de sa carrière à rester sur la région bordelaise. Ses aventures le mèneront toutefois à voyager souvent pour accompagner ses clients dans leurs projets. Une vie à 100 à l’heure faite de rencontres et d’opportunités saisies au vol. Oscillant sans peine entre entrepreneuriat et salariat, Christophe s’intéresse avant tout à donner vie à un projet, avancer avec sens. Nourri par une carrière riche en rebondissements et en enseignements, Human Cap est le résultat de la vision de son fondateur et du meilleur de 25 ans d’expérience dans le Conseil en recrutement.

Christophe DESBOIS, un profil dessiné par l’ambition et les rencontres

Le goût de l’entrepreneuriat a toujours eu des notes sucrées pour Christophe DESBOIS. Aussi, sorti de son lycée à Arcachon, il entreprend de créer sa start-up. Passionné de surf et du haut de ses 20 ans, il lance Basic Feeling, une entreprise spécialisée dans la fabrication de surfs et planches à voile en matériaux composites. Rapidement, ses produits innovants sont vendus chez les distributeurs de référence tels que Décathlon ou Neway. Pourtant, après 4 ans de développement et de croissance, Christophe prend la décision de revendre son entreprise. Un choix qu’il explique par son envie de donner une autre dynamique à sa vie professionnelle. Pour cause, Basic Feeling restait une petite entreprise et l’ambition de son créateur le poussait à rêver plus grand. En outre, confronté aux difficultés de l’entrepreneuriat, Christophe craint de ternir sa passion. Une perspective qu’il ne tient pas à explorer.

“Je voulais que ça reste ma passion. On en rêve souvent, mais ce n’est pas facile de concilier passion et vie professionnelle. Quand on vit de sa passion, il n’y a pas que des bons moments.”

Toujours extrêmement curieux et souhaitant élargir ses horizons, Christophe part alors en quête de “nourriture intellectuelle”.

Après une reprise d’études de commerce à Bordeaux, il enchaîne sur 8 ans de parcours commercial. Il travaille alors dans les télécoms, ou encore le trading de pétrole. Un métier de commercial qu’il trouve passionnant et à l’occasion duquel il nourrit son goût pour les rencontres. Pour Christophe, pas de doute, c’est le commercial par sa dimension humaine qui l’a amené aux ressources humaines. Le commercial, mais aussi le beau-père d’un ami, professionnel du Conseil RH, rencontré lors d’un triathlon…

Le recrutement, une histoire de sens du contact

Grand sportif, Christophe participe à différentes activités sportives. Aussi fait-il cette rencontre clé lors d’un triathlon. Se trouvant des atomes crochus, les deux hommes discutent longuement et Christophe se laisse tenter. À 31 ans donc, en février 1996, il rentre dans le conseil aux ressources humaines. Se confirme alors une facilité à tisser des liens avec les gens, à les écouter, à apprendre à les connaître. Pourtant, dans cette entreprise, le gros de l’activité résidait alors dans les plans sociaux et très peu dans le recrutement. Ne se reconnaissant pas dans cette démarche, mais définitivement séduit par le secteur des ressources humaines, il quitte rapidement la société pour créer son propre cabinet de chasseur de têtes.

Riche de ses expériences passées, il se spécialise en chasse de têtes de profils télécom et high tech. Au bout de 2 ans, il vend son cabinet à Opteaman, un cabinet iconique, implantée au niveau national et européen. L’occasion de donner une nouvelle envergure à son projet professionnel. Ainsi propulsé dans une entreprise qui a pignon sur rue, Christophe DESBOIS passe 12 ans à évoluer à des postes clé. Il a notamment en charge l’ouverture d’un bureau à Bordeaux et à Toulouse, ainsi que la gestion des grands comptes au niveau national. En 2007, le cabinet devient le premier cabinet français indépendant de conseil en recrutement. Ayant fait sa place dans l’entreprise, Christophe en est nommé directeur général et associé. Il partage alors sa vie entre la capitale et Bordeaux qu’il refuse toujours de quitter.

portrait de l'entrepreneur Christophe desbois fondateur du cabinet de recrutement Human Cap
Christophe DESBOIS, un homme, une vision au service de l’humain – Photographie : Manon LEPREVOST

En 2008, la croissance d’Opteaman est stoppée en plein élan. La crise économique vient sonner le glas du cabinet. Un coup dur pour Christophe qui assiste de toute part à une “hémorragie dans les cabinets de conseils en recrutement”.

“Dès que l’économie va mal, les entreprises arrêtent de recruter. Cela fait du recrutement une activité très cyclique. En ce moment, avec la Covid, beaucoup de cabinets mettent la clé sous la porte également.”

Il rejoint alors le Groupe Axcess à Paris, composé de 55 collaborateurs, acteur français de référence dans le Conseil RH. En 2014, l’entreprise est rachetée par Deloitte dans le cadre d’une stratégie de croissance externe. Christophe ne se retrouve pas dans cette intégration car les métiers sont trop différents. Il tire néanmoins des enseignements cruciaux de ses 3 ans au sein de Deloitte. Et pour cause, numéro 1 mondial de l’audit, Deloitte dispose de process ultra structurés. Une période qui permet à Christophe encore d’évoluer en termes d’organisation et d’outils. Aussi conservera-t-il ces méthodes lors de la création de Human Cap en 2017.

“Après tout cela, j’ai décidé de créer le cabinet dans lequel j’aurais toujours voulu travailler en réunissant le meilleur de mes précédents cabinets.”

Human Cap, un cabinet sculpté sur la vision de Christophe DESBOIS

En créant Human Cap, Christophe ambitionne de ne pas reproduire certains schémas observés dans ses expériences passées. Il conçoit donc un cabinet qui n’est pas bloqué dans sa capacité à créer, innover, s’adapter au marché et au business. Dans le même temps, il tente d’amener un regard différent en donnant une place de choix à la dimension humaine. Issu d’un milieu qui valorise avant tout la performance économique et financière, il prend soin de ne pas oublier ce qui fait la réussite d’un recrutement : l’adéquation entre le capital humain d’une entreprise et ses valeurs, sa culture, la vision de ses dirigeants.

“Chez Human Cap, nous traitons d’abord avec des gens à qui l’on propose un projet. Ce sont aussi des clients avec leurs difficultés, leurs états d’âme… La dimension humaine est forcément très profonde dans le recrutement. On se doit donc de l’intégrer dans les processus.” 

Une approche qu’il porte depuis le début de sa carrière et qui avait déjà fait sa réputation. Aussi, Christophe noue-t-il avec ses clients des relations de très long terme. Certaines entreprises faisant appel à ses services depuis près de 20 ans.

Human Cap concentre son activité sur la recherche de profils Top management, principalement pour des comités de direction, mais aussi sur des profils Experts et Middle management très difficiles à trouver. L’approche choisie est principalement de la chasse de têtes. Cette méthode permet une recherche de candidats plus « chirurgicale », plus fine et bien-entendu plus confidentielle. De quoi mettre la main sur les profils calibrés et rares souvent recherchés. Industries, vin, aéronautique, ferroviaire, papier carton, assurance, institutions, agro-alimentaire, BTP… Human Cap intervient auprès de secteurs variés.

Au-delà du recrutement, le cabinet propose une gestion globale de carrière. Recrutement, évaluation, intégration, accompagnement, départ à la retraite… Un métier d’artisan d’art, discret, confidentiel, de haut niveau.

Cabinet de recrutement Human Cap et son fondateur Christophe Desbois
Christophe DESBOIS, une démarche de long terme au service de ses clients – Photographie : Manon LEPREVOST

Une gestion globale de carrière pour un accompagnement complet

Pour constituer l’équipe de son cabinet, Christophe choisit de ne travailler qu’avec des experts du recrutement avec qui il travaille déjà depuis de longues années. Ses chasseurs de têtes ont donc entre 15 et 25 ans de métier. Sélectionnés pour leur passion du métier, ils et elles ont eux aussi à cœur de créer un autre niveau de relationnel et de faire la différence en apportant un haut niveau de service à chaque personne en contact avec le cabinet.

Actuellement Human Cap se compose de 6 experts, auxquelles s’ajoutent des prestataires associés. En effet, si le cabinet propose une approche Global Career Dynamics, son cœur de métier reste le recrutement. Ainsi, Christophe s’est entouré de professionnels des ressources humaines pour proposer des prestations RH complètes à ses clients. Parmi les demandes courantes, les sessions de coaching ou encore les prestations de médiation. En 25 ans de métier, Christophe DESBOIS ne se lasse pas. 

“On apprend tous les jours. Il y a toujours de nouvelles missions. C’est un domaine qui bouge beaucoup et qui peut être très dynamique.”

Human Cap, capitaliser sur l’humain

Sur le plan du modèle économique, Human Cap ne se distingue pas spécialement des modèles classiques. Ses clients restent les entreprises, pas les candidats. Toutefois, son approche orientée humain lui permet de mettre ces considérations plus facilement de côté. Christophe DESBOIS est un fervent convaincu qu’on ne réussit à faire bien son travail que quand on connaît bien ses clients. Il a pensé Human Cap dans une véritable logique de service, d’accompagnement. Aussi, cette approche lui permet de tisser des relations durables avec ses clients.

“Quand on est dans une démarche de long terme, de confiance, on n’a pas besoin de se focaliser sur une logique financière. “La finance” vient naturellement quand on s’occupe bien de ses clients.”

Dans le même temps, Christophe bénéficie des retours des candidats sur les autres cabinets. Au fil des discussions, il mesure ce qu’il a appris, ce qu’il applique, ce qui fait la différence aussi bien pour ses clients que pour les candidats. En effet, si le client final est l’entreprise, la relation avec les candidats est au cœur de ses missions. Dans un processus de recrutement, un candidat est soumis à des entretiens, des batteries de tests, à une certaine pression. Aussi se voit-il systématiquement proposer un débriefing de leurs tests. Pour le candidat, c’est donc l’occasion d’en apprendre encore plus sur lui.

“C’est du temps que l’on doit au candidat car c’est un moment clé, pour lui, pour faire un point dans sa vie professionnelle, sur son parcours, sur ses réussites, ses échecs et ses aspirations futures. C’est du service mais c’est aussi une forme d’élégance.”

Pour Human Cap, la relation candidats permet aussi de capitaliser sur la marque. En effet, une grande partie des clients arrivent par d’anciens candidats satisfaits de leur expérience avec le cabinet. Aussi Human Cap confie n’avoir presque plus de développement commercial à faire. Les candidats et les autres interlocuteurs deviennent les commerciaux de l’entreprise, ses ambassadeurs.

Recul et expérience pour passer la crise du Covid

Désormais, Human Cap a 3 ans et demi. Le cabinet a bénéficié d’un développement assez rapide puisqu’il ne partait pas de zéro. Né dans la continuité de 22 ans d’expérience, le cabinet s’est créé avec et grâce aux clients qui ont suivi Christophe d’une entreprise à l’autre.

Outre un portefeuille client solide, il construit également son cabinet sur des enseignements tirés des crises précédentes. Alliant à la fois l’agilité acquise par les process et une gestion minutieuse des finances, Christophe ne s’inquiète pas de l’aptitude de son entreprise à passer la crise. Il constate bien-entendu la chute vertigineuse de l’emploi cadre sur les 6 derniers mois alors que celui-ci était en nette croissance depuis 4 ans. Par ailleurs, les candidats cadres se montrent moins enclin à changer d’entreprise pour ne pas prendre de risque. Les processus de recrutement se font plus longs. Mais la solidité du portefeuille clients du cabinet lui permet de voir avec sérénité au-delà de la crise actuelle.

portraits de Christophe Desbois Human Cap à Bordeaux
Christophe DESBOIS, construire Human Cap sur les bases solides de l’expérience – Photographie couleur : Manon LEPREVOST / Photographies noir et blanc : Julie REY

Christophe DESBOIS, entre opportunités et ambitions freinées

Dans ce contexte, Human Cap ne dispose que de peu de visibilité mais des indicateurs tendent à l’optimisme. Selon Christophe DESBOIS, les dirigeants sont tous dans une dynamique de recherche de business, pas de plan social. Motivées par une activité avant crise en pleine croissance, les entreprises abordent cette crise très différemment de celle de 2008. Alors qu’à l’époque, les sociétés étaient assommées par la crise de liquidités et étaient malgré elles orientées plans sociaux, les perspectives de reprise mettent davantage en confiance. Ainsi, les prévisions de la Banque de France, de l’OCDE, du FMI annoncent une reprise au niveau de 2019 dès fin 2021. 

Toutefois, en attendant, beaucoup d’entreprises de conseil risquent de déposer le bilan : communication, événementiel, et bien entendu conseil. 

“C’est la loi de l’adaptation, mais malgré tout, il y a un point central contre lequel on ne peut rien : les finances. On est dans un monde économique hyper financiarisé. Les cabinets de conseil, comme toutes les entreprises, doivent payer toutes sortes de charges, d’impôts, de remboursements d’investissements lancés quand tout allait bien. Dans ce métier, être un bon technicien ne suffit pas. Il faut être capable de faire du chiffre d’affaires, de dégager du cash et de le gérer avec prudence pour être là demain et profiter ainsi, avec et pour nos clients, de la relance de l’économie.”

Pour Human Cap, même si la crise ne sera pas fatale, elle a mis en sommeil certains projets de développement. Le cabinet cherchait à s’implanter dans les principales villes de France. Christophe DESBOIS était allé loin dans le projet et avait noué des contacts avec des professionnels intéressés pour ouvrir des bureaux Human Cap notamment à Lille et Lyon. A ce stade, difficile pour lui de dire si le projet est abandonné ou seulement repoussé. Pour le moment, il se contente d’une recherche moins active et plus opportuniste selon les sollicitations, les profils rencontrés. Le principal pour Christophe reste de garder toujours le même ADN, le même état d’esprit.

Bordeaux, en accord avec ses objectifs de vie

Malgré 25 ans d’expérience dans le recrutement l’ayant mené au cœur du bouillonnement parisien, Christophe DESBOIS ne conçoit pas de quitter Bordeaux. Il avoue pourtant avoir bien conscience que ce n’est pas la ville où il y a le plus de business à faire. Seulement, il n’a pas envie de se déraciner. En outre, toujours passionné de surf et de sports de glisse, il faut reconnaître à Bordeaux un emplacement idéal entre mer et montagne.

“J’ai toujours dit que je réussirai à Bordeaux. Et la réussite ce n’est pas que la carrière, c’est bien plus que cela. Être en phase avec mes convictions, mes souhaits de vie, ma famille, loin des travers de la capitale, au plus proche de mes racines.”

Candice CIBOIS – BORDEAUX Business

Abonnez-vous à la Newsletter

X