Prise de parole en public et stratégie commerciale / The Speech House

Un homme prend la parole lors d'une conférence face à un public

Prise de parole en public et stratégie commerciale / The Speech House

Comment la prise de parole en public vient-elle en aide à votre stratégie commerciale ?

 

Prendre la parole en public suscite une véritable angoisse chez bon nombre de professionnels. Chefs d’entreprise, entrepreneurs, chefs de projets, chargés de marketings ou consultants, nous devons tous maîtriser cet exercice.  Afin d’aborder cette pratique plus sereinement, voici un guide énumérant les mythes les plus répandus autour de la prise de parole en public ainsi que des solutions adaptées afin de vous exprimer en public avec aisance.

Commençons par répondre à une question rendue plus complexe qu’elle ne l’est en réalité : qu’est-ce que la prise de parole en public ? C’est une question que je pose souvent au début de mes ateliers et entends invariablement les mêmes réponses : « stress », « angoisse », « transpiration », « performance » ou encore « charisme ». Si cette pratique est fréquemment associée à des expressions négatives, c’est en partie dû à une certaine confusion sur ce qu’elle est réellement.

 

La prise de parole en public est…une conversation

 

Certains réfuteront cet argument en disant que l’orateur/l’oratrice est le/la seul(e) à parler mais il s’agit là de comprendre les différentes formes de conversation. En effet, votre intervention sera généralement divisée en deux parties : dans un premier temps, vous vous adresserez à la salle et viendra ensuite la partie des « questions-réponses », plus interactive. Dans cette première partie, votre conversation avec l’audience peut être qualifiée de « verbale vs. non verbale ». Vos interlocuteurs bien qu’ils ne s’expriment pas  vous répondent de façon inconsciente par leur langage corporel, signes d’approbation (ou de désaccord) etc. Ce type de « feedback inconscient » est important car il vous permettra d’évaluer votre performance « en direct » et de faire des ajustements (débit de voix, gestuelle, interaction avec le public) en cas de besoin. De plus, lorsque vous entrerez dans la partie des questions-réponses ou songerez à impliquer votre public, être capable de lire le langage corporel de son auditoire peut être un formidable atout dans cette phase « verbale vs. verbale » car si par exemple vous choisissez d’intégrer votre auditoire, vous serez en mesure de sélectionner les personnes qui ont été « réceptives » à votre message.

 

La prise de parole en public est…un partenariat

 

Voici une autre manière d’appréhender le rapport entre vous et vos interlocuteurs. Une des raisons pour lesquelles beaucoup de personnes ont peur de prendre la parole en public est la peur du jugement. Parce que l’on a tendance à trop sacraliser la prise de parole, cela crée des situations où l’intervenant(e) ne s’autorise pas le droit à l’erreur et sa nervosité et a tendance à créer une distance avec son public. La réalité est que l’intervenant(e) a besoin d’un auditoire pour pouvoir exprimer ses idées et le public a besoin d’un(e) intervenant(e) pour accroître sa connaissance sur un sujet. Cette perspective permet de créer une relation d’égalité et permet de renforcer la connexion entre l’orateur/trie et ses interlocuteurs. Maintenant que vous avez établi ce lien, il est temps de s’attaquer à un mythe qui perdure dans cette discipline : le mythe de « l’orateur charismatique ».

 

En finir avec l’orateur charismatique

 

Oprah Winfrey, Tony Robbins, Martin Luther King Jr… voici les noms que l’on cite le plus souvent lorsque l’on évoque d’excellents orateurs. Leur charisme indéniable est souvent mis en avant pour expliquer leur succès/ impact/ popularité auprès de millions de gens. Mais si la vérité était ailleurs… Si faire preuve d’une certaine prestance lorsque vous vous retrouvez en face d’un auditoire est sans aucun doute un atout, il vous en faudra certainement plus pour vous imposer. En effet, bien qu’il représente un critère essentiel à une prise de parole réussie, l’élément suivant est souvent éludé lorsque l’on parle de ce sujet : il s’agit de la valeur ajoutée apportée par l’orateur/oratrice. Le contenu de votre présentation est au final bien plus important qu’une gestuelle parfaitement maîtrisée et c’est sur ce point précis que votre attention doit se focaliser. Afin de rendre votre intervention mémorable et utile pour votre auditoire, vous devez la préparer en amont. Renseignez-vous auprès des organisateurs pour savoir qui va venir à votre présentation, à quels corps de métiers appartiennent-ils, les informations précises dont ils ont besoin etc… Plus vous aurez collecté d’informations en amont de votre préparation et plus vous réduirez le degré d’incertitude pour le jour J. Il est important d’insister sur ce point car j’entends souvent « je suis introverti(e), je ne serai jamais un(e) bon/ne orateur/oratrice ». Cette croyance est bien évidemment erronée car ce qui importe c’est de démontrer votre expertise et non de « faire le show ».

 

Apprendre son texte par cœur : bonne ou mauvaise idée ?

 

S’il est essentiel pour l’intervenant(e) d’établir un plan clair de sa présentation et de s’exercer plusieurs fois, il arrive bien souvent que dans un souci de perfection, l’intervenant(e) verse dans la « sur-préparation ». Dans ce cas de figure, il/elle aura tendance à écrire son texte de bout en bout et à vouloir « réciter » mot pour mot ce qu’il/elle a couché sur papier. Le problème avec cette approche c’est qu’elle ne laisse aucune place aux imprévus et peut générer un grand stress dès que l’on s’éloigne du « script ». De plus, trop s’attacher  à un script a un impact négatif sur votre interaction avec votre auditoire car il vous donne un aspect « robotique » et quelque peu détaché. Et il est important d’ajouter que même si vous oubliez un mot, une phrase ou même un paragraphe entier, les gens en face de vous ne remarqueront rien car ils n’étaient pas là lors de vos répétitions. Afin de mieux appréhender cette situation, il est conseillé de préparer des notes reprenant vos points principaux et que vous pourrez consulter en cas de perte de mémoire. Privilégiez des mots forts ou expressions imagées qui vous permettront de tout de suite de reprendre le fil de vos idées. Ce constat s’applique aussi à vos présentations Powerpoint. Par pitié, n’écrivez pas tout votre texte sur vos slides pour ensuite les lire à votre auditoire. La plupart du temps, les gens dans la salle vont se contenter de lire les slides (avant vous) et se dire que vous auriez pu leur envoyer un email leur évitant ainsi le déplacement… Cela peut paraître évident mais c’est un phénomène que l’on voit encore bien trop souvent. L’outil visuel est votre support et non l’inverse !

 

Un homme face à un groupe applaudissant

 

Less is More

 

Cet adage américain que l’on pourrait traduire par « point trop n’en faut » est une maxime à adopter dans votre présentation. Bien trop souvent, dans un souci de démontrer son expertise, les speakers novices ont tendance à donner un trop plein d’informations à un rythme effréné. Si cela part d’une bonne intention (ou d’un sentiment d’illégitimité), en faisant cela, vous ne laissez pas le temps à pas votre auditoire de « digérer » vos informations et il se retrouve vite submergé par le « trop plein » d’infos. Et bien souvent lorsque l’intervenant(e) demande « vous avez des questions ? » personne ou presque ne répond car la seule chose qui les importe c’est que vous quittiez la scène… Privilégiez un débit mesuré, quitte à éliminer un ou deux points que vous pensiez inclure dans votre présentation pour renforcer vos points principaux. Cela vous permet de laisser une option pour votre auditoire de vous demander de préciser certains points lors de la partie « questions-réponses », ce qui est une bonne occasion de montrer votre maîtrise du sujet.

 

Trouver ses « alliés »

 

Vous avez maintenant plusieurs clés en main pour réussir votre prise de parole en public et pourtant, vous n’arrivez pas à vous défaire de ce sentiment de nervosité et redoutez toujours ce « face à face » avec des inconnus.  Il est temps de « trouver vos alliés ».

 

Un peu plus haut, nous avons évoqué l’importance de voir la prise de parole en public comme une conversation car cela permet de dédramatiser la situation et de créer un rapport d’égalité entre vous et votre public. Établir un rapport avec votre auditoire avant le début de votre présentation peut être très bénéfique si vous vous retrouvez en situation de stress. Il existe plusieurs méthodes afin de trouver vos alliés. La première consiste à interagir avec les membres de l’auditoire en amont de votre présentation. Souvent, les personnes venant assister à une présentation ont tendance à mettre l’intervenant(e) sur un piédestal et n’osent pas l’approcher. Accueillir vos interlocuteurs en les remerciant pour leur venue et en s’intéressant aux motivations qui les ont poussées à s’inscrire à votre événement sont des moyens rapides et efficaces d’établir une connexion avec votre auditoire. Ce genre d’attention est généralement très apprécié des participants qui seront par la suite plus enclins à vous apporter un « soutien inconscient » si vous vous trouvez en difficulté. Certains dénonceront un « stratagème » visant à s’attirer la sympathie de votre auditoire, il n’en est rien. En fait, établir une connexion avec son auditoire fait partie des critères permettant de distinguer les bons orateurs des autres.

 

Il existe beaucoup d’appréhension autour de la prise de parole en public ; appréhension due en grande partie à des clichés et à une peur de « ne pas être à la hauteur ». Pourtant, la prise de parole en public est avant tout une conversation entre un orateur/trice et ses interlocuteurs. Une conversation axée autour d’un objectif principal : apporter une valeur ajoutée à son auditoire. Garder cet élément essentiel en tête vous permettra sans aucun doute de renforcer votre stratégie commerciale et d’atteindre votre cœur de cible. Enfin, pour ceux qui hésitent à sauter le pas car ils ne se jugent pas assez charismatiques, je reprendrai le slogan d’une célèbre chaîne de restauration fast-food: « venez comme vous êtes ».

 

Mlle MIGAN Jennifer

3, allée des papillons

33370 Artigues près Bordeaux

Founder of The Speech House

Website: www.thespeechhouse.co

Phone: +33616911273

Mail: contact@thespeechhouse.co

 

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X