MontBlanc
0
Aucun produit dans le panier.

FOCUS

Quand l’objet du quotidien devient art… monétisable

30 mai 2017, Auteur : Bordeaux Business

En France, et plus particulièrement sur la région bordelaise, le Design a le vent en poupe. De nombreuses boutiques dédiées à la décoration d’intérieure « de créateur » voient le jour, proposant des objets plus originaux les uns que les autres. Le terme de « design recouvre ainsi la création d’objets qui se rapprochent de produits d’art, utiles à la société. Il peut s’agir de produits comme d’aménagement d’espaces.

Aujourd’hui, les boutiques fleurissent, autour de créateurs, de concepts, de styles… Amener le design au cœur de son intérieur est désormais démocratisé dans l’esprit, pas encore dans les prix, même si la tentation d’allier l’esthétique à l’utilité se fait de plus en plus ressentir.

 

La révolution nommée design

 

Le concept de produit “de créateur”, en série limitée, voire unique, séduit. Comment donner du pep’s à son intérieur, se différencier, aller à l’encontre du « standardisé », avec une chaise griffée Philippe Starck ou un meuble aux allures excentriques comme ceux proposés par Hervé Van der Straeten, aux formes géométriques et décalées.

D’autres meubles design comme les lampes de Charles-Édouard Jeanneret-Gris dit “Le Corbusier” sont entrées dans la culture. L’Art utile est à la portée de toutes les bourses : aujourd’hui, le design est plus accessible, car de plus en plus de créateurs réalisent des produits à tous les prix, pour tous les intérieurs. 

Du côté des acheteurs, les besoins ont changé : jusqu’à présent, ils étaient plutôt en quête d’objets sobres, et utiles pour leur vie quotidienne. Mais actuellement, l’aspect utile commence à laisser place à la tentation d’investir dans des produits plus esthétiques et artistiques, sans forcément d’utilité propre, un objet, en somme, à vocation purement décorative.

De plus, en milieu urbain, et tout particulièrement à Bordeaux, les initiatives se multiplient pour sensibiliser le public au design, et plus largement à l’Art : des expositions “à ciel ouvert” permettent d’admirer des sculptures et autres objets design, à l’instar de “Sanna”, la sculpture déconcertante de ce visage “plat” estimé de 400 000 à 500 000€, réalisé par l’espagnol Jaume Plensa, visible Place de la Comédie (Bordeaux), ou les Vaches décorées par Bruno Michaud. Présentes en ville depuis 2010, notamment le long du Quai des Marques, ces vaches dessinées par Pascal Knapp ont depuis été envoyées dans différentes villes du monde et décorées par des artistes et créateurs locaux pour embellir la ville et lui apporter une dimension originale, tout en faisant réfléchir sur l’art. Bordeaux, Paris, Marseille ou encore Valenciennes… cette volonté d’ouvrir les esprits à l’art conceptuel n’est pas que sectorielle, elle est globale.

 

Le design au service de l’originalité

 

La ville de Bordeaux elle-même baigne dans le design, cela commence par le nombre ascendant de formations et d’écoles de Condé à MJM Graphique Design en passant par les petites et moyennes entreprises dédiées.

C’est le cas d’Acrila à Pessac, une petite entreprise spécialisée dans la production de meubles en acrylique usant un savoir-faire unique.

Grande ou petite série voir sur-mesure, l’entreprise exporte près de 60% sa production et  équipe désormais des hôtels fiers d’ajouter de la « french touch » à leur établissement.

Lorsque l’on parle d’hôtel et de design d’ailleurs, l’hôtel Seeko’o toujours à Bordeaux est une référence de part son mobilier très moderne et original mais aussi par sa forme peu commune. Situé au bord des quais, au niveau des Chartrons, l’hôtel est savamment décoré d’objets de créateurs avec une vue imprenable sur la Garonne… 

Il n’est pas le seul bâtiment design à occuper la capitale girondine, le célèbre pont Chaban-Delmas ou encore la Cité du Vin possèdent eux aussi une structure sortant de l’ordinaire. Des nouvelles structures qui ont tendance à plaire ou à déplaire selon les amateurs de l’architecture traditionnelle bordelaise…


Si auparavant tous les achats de meubles et d’objets design s’effectuaient sur les marchés aux puces, dans les brocantes ou dans les concept design, aujourd’hui, certains produits sont possibles à trouver en ligne. En effet, certains créateurs proposent aux clients de “designer” eux-mêmes leurs produits, et laissent l’artiste se charger de le réaliser. Des produits uniques, donc, qui permettent au client de se sentir particulier, avec un produit qui lui ressemble, qu’il a choisi du début à la fin. C’est une première approche vers l’art de la décoration intérieure, où le client est “artiste” à sa façon.  

Boutiques et Designers bordelais

 

La création d’objets design permet également de réinventer les objets du quotidien sont réinventés, sous un nouvel aspect, parfois plus moderne, parfois plus vintage pour attirer le consommateur curieux qui n’a pas forcément d’attrait spécifique pour l’art déco ou le design.

Du réveil matin à sa lampe de chevet, de son pot à crayon jusqu’à ses rangements… les meubles sont revus, déstructurés, les matières, les formes, les couleurs changent radicalement. L’objectif est d’attirer l’oeil, et de susciter la curiosité.

Des boutiques telles qu’Espace Design dans le quartier des Chartrons misent sur une boutique aux allures d’exposition avec des produits art déco, des animaux de toutes les couleurs, des meubles rococo, des objets plus originaux les uns que les autres. D’autres boutiques, quant à elles, veulent faire connaître de jeunes créateurs locaux en proposant à l’achat leurs créations, sur un concept éphémère pour garder l’attention des visiteurs et pouvoir les inciter à choisir des produits uniques, comme 270°, située à Bordeaux.

Preuve du succès et de l’engouement nouvellement provoqué pour le design, à Bordeaux, de nombreux salons autour de l’art décoratif et du design sont organisés tout au long de l’année : salon consacré à l’art et aux artistes en mai, salon du vintage en octobre et novembre, salon Ob’Art autour des métiers de l’art… Des rendez-vous qui attirent de plus en plus de visiteurs venus découvrir cet univers, qui pour certains est encore assez méconnu.

Si réinventer l’intérieur des consommateurs n’est pas un marché qui vous tente, vous pouvez « redesigner » leur tenues. En effet, le design peut se propager jusqu’au bout de vos pieds : en effet,  le designer Kobi Lévi est spécialisé dans la création de chaussures. Un look décalé, presque à l’état de sculptures tant la forme est atypique, les couleurs originales…  Comptez jusqu’à 2000€ pour certaines paires. 

 

Audrey Kozaczka / Patrick Bonte – Bordeaux Business