Régine MARCHAND, Michel DURRIEU, Comité Régional du Tourisme de Nouvelle-Aquitaine

Interview Michel Durieu et Régine Marchand Tourisme CRT Bordeaux Business

Régine MARCHAND, Michel DURRIEU, Comité Régional du Tourisme de Nouvelle-Aquitaine

Régine MARCHAND est la Présidente du Comité Régional du Tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Elle a tout d’abord exercé dans le privé, tant que technicienne électronique chez CIRMA, une filiale de CEGELEC spécialisée en câbles filaires embarqués, sous-traitant d’EADS. Secrétaire générale du Syndicat de la Métallurgie en Gironde, elle a également été conseillère prud’homale pendant plus de vingt ans, ayant toute sa carrière à cœur de défendre les salariés. Installée dans les années 80 sur Mérignac, Régine MARCHAND rejoint l’équipe municipale en qualité d’adjointe au maire, depuis 1985. Conseillère régionale depuis 2004 au sein de l’équipe d’Alain ROUSSET, Elle est Présidente du CRT Aquitaine depuis 2010, elle est devenu Présidente de la fusion des trois CRT du nouveau territoire de la Région Nouvelle-Aquitaine, en 2016.

Tourisme et LGV, une promotion pour la région Nouvelle-Aquitaine

Il s’agit principalement d’une mission, entièrement bénévole, d’observation et de promotion du territoire, sur l’ensemble des marchés, notamment à l’international, avec une délégation partielle de la Région, comme la définition du Schéma régional du tourisme. Le financement du CRT est assuré principalement par des subventions régionales, ainsi que des missions déléguées et des financements privés.

Le CRT Nouvelle-Aquitaine est ainsi un formidable outil de compréhension du marché touristique, avec une vision de terrain notamment de l’impact qu’a pu avoir la LGV sur l’impulsion touristique de la région.

D’après Michel DURRIEU, Directeur général du CRT, l’impact de la LGV est notamment une mise en avant de la Région, favorisant certes les flux touristiques, mais également l’investissement étranger dans le tourisme français, relativement peu présent, qui commence depuis peu à financer les infrastructures touristiques de manière pérenne.

Michel DURRIEU possède en effet une vision à la fois macro et international de l’impulsion économique, et notamment sur le plan touristique, du territoire. Après dix ans passés au ein de Nouvelles Frontières à développer notamment l’Espace et le marketing online, onze ans au sein de Carson Travel, il a rejoint l’équipe du ministère des affaires étrangères en charge du tourisme, auprès de Laurent FABIUS, afin de développer le potentiel du tourisme français à l’international. Doté d’une vision stratégique, il participe à la mission globale de valorisation des compétences et de l’attractivité française.

Né à Pau, avec beaucoup d’attaches au Pays Basque, Michel DURRIEU a souhaité rejoindre le territoire de la Nouvelle-Aquitaine, une région aux marques territoriales fortes, y compris à l’international.

 

Michel Durieu et Régine Marchand - CTR Bordeaux Business

La France à l’international

Sa principale mission au sein du CRT consiste à rapprocher les acteurs du secteur privé et institutionnel afin d’élaboration une stratégie commune, et la mettre en oeuvre en temps réel, en mesurant l’impact des actions, tout en contribuant à la structuration de l’offre touristique française au regard de cette stratégie. D’ici à 2020, sont attendus plus de cent millions de touristes étrangers, avec un potentiel de plus de cent milliards de revenus…

La LGV fait notamment partie des outils contribuant à cet essor, une impulsion à perpétuer avec notamment le développement du Digital et de plateformes média pour mettre en avant le territoire, ses grandes marques, et rapatrier les flux vers les sites marchands de destination. La communication sur les réseaux sociaux permet en outre une remontée “terrain” multilingue non négligeable.

La France reste en effet la première destination mondiale au regard du nombre de touristes accueillis annuellement. Une dynamique dont la Région Nouvelle-Aquitaine souhaite tirer parti, avec de nombreux investissements. L’objectif étant de parvenir à 32 millions de touristes à l’horizon 2020. Un impact en termes de revenus, aux alentours de 16 milliards, mais également d’emplois, avec une projection de 140 000 emplois également à l’horizon 2020.

Si la LGV contribue à désenclaver Bordeaux et les villes alentours, elle doit en outre permettre de développer par ricochet le tourisme à l’intérieur des terres. Une volonté régionale accompagnée par une politique d’investissement liée aux infrastructures (capacité d’hébergement, transport…). Enfin, selon Michel DURRIEU, cette expansion doit porter les valeurs du tourisme durable, être respectueux des environnements et des populations.

La mise en service de la LGV a concentré tous les fantasmes de déploiement économique. Un an après, la dynamique ne peut être niée. Favorisant de prime abord l’impulsion touristique, elle concentre également un mouvement entrepreneurial d’origine parisienne initié il y a quelques années déjà, dont on devrait ressentir un peu plus les effets à la rentrée 2018.

 

CONSULTER LE GRAND DOSSIER LGV

 

Photographies Alexandra ZWANG SIARNOWSKI

Aucun commentaire

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X