Bordeaux Business

BORDEAUX Business, accélérateur de Business…
Le Media des Entreprises & des Entrepreneurs

Contactez-nous :
  • Aucun produit dans le panier.

Ryanair, le trafic aérien en berne

  /  Brèves   /  Ryanair, le trafic aérien en berne
Aile avion Ryanair vol

Ryanair, le trafic aérien en berne

Ryanair est une entreprise spécialisée dans le transport aérien à bas coût réputée dans le monde entier. Chaque jour, cette compagnie aérienne propose de nombreuses liaisons courtes entre plusieurs destinations, notamment en Europe. Portée par son succès, elle a tout de même fait face de plein fouet au Coronavirus, comme les autres compagnies du monde. Bien que le trafic aérien reprenne progressivement, Ryanair connaît une baisse importante de sa fréquentation. Le tout dû aux fermetures de frontières dans certains pays, qui rendent difficiles le tourisme international. La plupart des voyageurs décident en effet soit de reporter leur voyage, soit de l’annuler. Une prise de précautions dans une période sanitaire complexe et incertaine…

Ryanair diminue sa capacité d’accueil, une réponse relative à la COVID-19

Face aux décisions de fermer les frontières et de confiner les populations, les compagnies aériennes n’ont eu d’autres choix que de stopper leurs liaisons. Cette décision intervient alors que la situation mondiale liée à la pandémie est incertaine et délicate. Les compagnies comme Ryanair doivent également suivre des protocoles de désinfection des avions très strictes lors de chaque vol. De plus, il leur est impossible de remplir entièrement un avion, compte tenu des distanciations sociales à appliquer. Ainsi, même après la reprise progressive des vols, ces derniers ne peuvent être aussi complets qu’auparavant. Face à la décision des voyageurs de reporter leur départ, Ryanair est obligée de réduire son offre de vols pour ne pas partir à vide. Après avoir constaté une baisse de réservation lors de la reprise des vols, le groupe a réduit son offre de vols de 20%. Une baisse poursuivie pour octobre, de 20% supplémentaires.

Cette baisse de la fréquence des vols est une réponse au manque de demandes. Comparé à l’année précédente à la même période, cela équivaudrait à 40% de la fréquence habituelle. La situation sanitaire, quant à elle, évolue au jour le jour. Les levées et mises en place de restrictions ne sont pas prévisibles, et pénalisent directement les acteurs du tourisme et des voyages aériens. Cette situation, qui dure depuis le début d’année 2020, pourrait encore continuer quelques mois supplémentaires. Pour le tourisme, les voyages au sein des pays se sont multipliés, alors que les voyages internationaux sont fortement déconseillés. Ainsi, le tourisme à Bordeaux, par exemple, a connu un résultat satisfaisant, malgré l’absence des étrangers. Cela permet de réduire en partie les pertes attendues par les professionnels du tourisme, mais ne suffit pas à les combler entièrement. Malgré cela, les compagnies aériennes comme Ryanair, elles, ont des difficultés à compenser. 

Ouvrir de nouvelles liaisons pour répondre aux attentes des voyageurs

Les voyageurs manifestent de nouveaux besoins, de nouvelles envies de voyager. Ainsi, en France, et en Nouvelle-Aquitaine, il se tournent vers des destinations plus nature, comme la campagne. Ce sont des destinations loin des villes, qui attirent pour leur calme et leur cadre reposant. Ce phénomène est particulièrement mis en avant depuis le confinement, durant lequel il fallait rester chez soi. Pour les personnes vivant en ville, partir en vacances dans la nature est alors une envie de vacances propice au calme et à la déconnexion. C’est ce que l’on appelle le Slow Tourisme. Les destinations étrangères évoluent également, et de nouvelles liaisons se créent régulièrement. Ryanair est particulièrement présente dans les aéroports français comme Bordeaux, et offre régulièrement de nouveaux trajets. Cela permet de compenser les liaisons interrompues, mais aussi d’offrir plus de liaisons directes.

En proposant cela, Ryanair et les autres compagnies aériennes réduisent la quantité de vol qui se rendent vers les hub nationaux. Cela constitue une alternative écologique, mais aussi économique pour les voyageurs. De plus, cela répond également aux mesures sanitaires imposant aux personnes de se croiser le moins possible. En évitant les grands aéroports comme Charles de Gaulle, les voyageurs sont plus en sécurité. Et pour le personnel navigant, cela limite le nombre de décontaminations à réaliser. Des avantages non négligeables qui apportent une solution intéressante pour les touristes et les professionnels du métier. 

Sources : 

Communiqué de presse – Ryanair – RYANAIR RÉDUIT ENCORE DE 20% SA CAPACITÉ EN OCTOBRE

Consultante Media pour BORDEAUX Business. Apporter une analyse sur les grands événements business à Bordeaux me tient à cœur. Un travail de recherche intense, sur toutes les tendances du marché local. Avec BORDEAUX Business, je souhaite apporter aux entrepreneurs toutes les réponses pour évoluer sereinement, au gré de l'économie bordelaise.

X