santé et traitement des urgences améliorés grâce à l'intelligence artificielle et la e-santé

Santé : « Augmenter » les urgences à l’aide de l’IA

La crise sanitaire a accentué les lacunes du système de santé français, notamment en ce qui concerne les urgences. Revendiquant depuis de longues années une amélioration de leurs conditions de travail, les soignants se sont trouvés en première ligne lors du pic de la pandémie de Covid-19. La situation s’apprête désormais à se répéter avec la seconde vague. Pour faire face à la situation, des entreprises innovantes travaillent sur des solutions technologiques. L’intelligence artificielle occupe désormais une place de choix. Aussi bien dans le traitement des urgences que pour les opérations ou encore le suivi des patients. Des nouveautés qui améliorent à la fois la qualité de travail du personnel soignant et les conditions de soin des malades.

Désengorger les urgences grâce à l’intelligence artificielle

En 2016, les services d’urgence en France ont comptabilisés 21 millions de passages. Année après année, ce chiffre ne cesse d’augmenter. Si bien qu’en 20 ans, le nombre d’admission a été multiplié par deux. En effet, on comptait 10,1 millions de passages en 1996 en France métropolitaine (1). Dans le même temps, le nombre de lits continuait de baisser, accentuant les problématiques d’accueil. En période de Covid, comme d’épidémie en général, le souci d’engorgement des urgences se fait d’autant plus problématique. Pour cause, l’accumulation de malades au même endroit fait des services d’urgence des incubateurs rêvés pour les virus. Conscientes de difficultés structurelles, organisationnelles et technologiques du système hospitalier, des entreprises développent des technologies de pointe pour améliorer la prise en charge des patients.

C’est par exemple le cas de Milvue qui utilise l’IA pour accélérer la lecture des examens d’imagerie en urgence (2). Une technologie qui permet d’assister les radiologues pour un traitement en temps réel. Ainsi que de trier les cas par ordre de priorité.

L’IA interprète les radiographies grâce au « deep learning ». Elle apprend à catégoriser les radiographies à partir des données que lui ont conférées les experts. Après avoir été formée, la machine est capable de continuer à progresser par elle-même.

Sur Bordeaux, pôle d’excellence sur la santé, d’autres start-ups bordelaises de renom ont pris la question du Covid-19 à bras le corps (3). SimforHealth a notamment entrepris de créer une solution de formation dédiée à la prise en charge de patients symptomatiques. Mis en place avec le CHU de Bordeaux, le dispositif #learntofight a ensuite été référencé par le Ministère des Solidarités et de la Santé. Dans la même veine, Synapse Medicine a mis à disposition covid19-medicaments.com. Une initiative ayant pour but de permettre aux personnes symptomatiques de vérifier si un médicament risquait d’aggraver leurs symptômes. Elle s’est également engagée aux côtés du CHU de Bordeaux pour développer une plateforme dédiée à l’essai clinique Coverage.

urgences et hospitalisation mieux traitées grâce à l'intelligence artificielle dans la santé
L’intelligence artificielle aux côtés des soignants et des médecins pour améliorer le système de soin.

Bordeaux, terre d’innovation pour réinventer le système de soin

La Nouvelle-Aquitaine et plus précisément Bordeaux s’est imposée comme une place forte de l’innovation en matière de santé (4). Disposant d’un cluster TIC Santé de référence, de GIPSO comme cluster pharmaceutique, d’un pôle d’excellence dans les biomatériaux, d’un maillage foisonnant de start-up innovantes, ou encore de centres de recherches, la région bordelaise prend un avantage certain.

Parmi les entreprises innovantes qui ont fait le choix de Bordeaux pour se développer, on peut citer Satelia, créée en 2017. Dédiée à la simplification de la télésurveillance de l’insuffisance cardiaque, l’entreprise a notamment travaillé avec le CHU de Bordeaux pour faire évoluer sa solution. Ainsi, les patients sont suivis depuis leur domicile tout en restant parfaitement informés. Depuis mars 2020, les solutions Satelia sont commercialisées en Italie, en Allemagne et au Portugal.

D’autres entreprises ont choisi une approche très différentes. C’est notamment le cas de MySofie qui exploite les technologies de l’intelligence augmentée pour agréger les prestations de santé et communiquer plus simplement avec les compagnies d’assurance. 

Bordeaux Métropole accueille également des entreprises dont les travaux sont d’ores et déjà reconnus à l’international. SOPHiA GENETICS a rejoint la liste des 50 compagnies les plus intelligentes dressée par le MIT Review. Elle est aussi l’une des 10 biotech les plus innovantes du monde selon le magazine Fast Company. Sa solution se base sur l’intelligence artificielle pour affiner les diagnostics et mieux soigner les patients atteints de cancers ou de maladies génétiques. Après un premier centre de recherche à Bidart dans le Pays-Basque, SOPHiA GENETICS opte fin 2018 pour une seconde implantation à la Cité Photonique de Pessac (5). Il faut dire que la société avait déjà trouvé son bonheur sur place en rachetant le logiciel Nénuphar. Développé par l’Inria et la SATT Aquitaine Sciences Transfert, il témoigne si besoin en était des compétences rares dont dispose le territoire bordelais.

Sources

  1. “La médecine d’urgence”, Les établissements de santé, édition 2018, DREES
  2. Communiqué de presse “L’Intelligence Augmentée pour fluidifier les urgences”, Milvue, 27 octobre 2020
  3. Santé : ces startups bordelaises qui innovent en temps de crise, Invest in Bordeaux, 24 juin 2020
  4. Bordeaux Métropole, leader pour les technologies de la santé, Invest in Bordeaux
  5. IA et santé, SOPHiA GENETICS choisit Bordeaux pour ouvrir un nouveau pôle R&D, Invest in Bordeaux, 6 novembre 2018
Plus d'articles
course-bordeaux-business
Courir avec le sourire à Bordeaux
X