« C’est une réelle forme de courage, que d’accepter d’être aidé ».

Il s’avère souvent délicat d’accompagner nos aînés, diminués par la vie ou la maladie, de les aider au quotidien. C’est un réel métier, qui demande de nombreuses qualités, et surtout, une implication aujourd’hui rare. C’est également le pari qu’ont fait, il y a quelques années, Nathalie et François Amigues.

Après un début de carrière brillant en gestion financière, notamment chez VINEXPO, François a quelques velléités d’indépendance. Il décide de s’associer pour créer un concept de régénération de barrique (breveté) permettant d’augmenter la durée de vie des barriques tout en diminuant les coûts de remplacement. Si le succès est au rendez-vous, François n’a pas encore toute l’indépendance à laquelle il aspire.

Au service de nos aînés, une vocationLes événements de la vie lui ouvriront une autre voie, plus personnelle… L’envie de construire une entreprise avec des personnes qui partagent les mêmes valeurs que lui, la même vision de l’entrepreneuriat.

En 2010, il décide de se tourner, avec la personne qui le connaît le mieux, vers le secteur de l’aide à la personne. Au-delà de ce besoin d’investissement personnel, François ressent le potentiel naissant de la Silver économie.

C’est avec son épouse, Nathalie, juriste en droit civil, fille d’un père médecin et d’une mère médecin, qu’ils décident d’ouvrir le premier établissement franchisé sur Bordeaux de « Senior Compagnie ». Rejoindre un réseau existant dans le secteur médico-social tout en bénéficiant d’un réel accompagnement, d’une montée en compétences, de process à l’efficacité avérée, afin, dès le début de proposer des prestations de qualité à leurs clients, voici ce qui a motivé le choix de la franchise.

De Senior Compagnie à Silver Autonomie

Depuis cet été, l’entreprise a développé une marque indépendante : Silver Autonomie est née. Un hommage à la « lame de fond » de nos aînés, dont les besoins innervent tous les pans de l’activité. Aujourd’hui, Silver Autonomie se positionne comme un acteur privé de l’autonomie, au cœur d’un marché qui accueille associations dédiées, prestataires de services et particuliers employeur. Des disparités qui justifient un positionnement clair et qualitatif.


Ce positionnement Silver Autonomie l’a acquis peu à peu. Après quelques tentatives de « discours commercial », les dirigeants ressentent rapidement le besoin de conquérir la clientèle autrement, par la confiance, par l’écoute, par un suivi de qualité. Un choix plus en adéquation avec la philosophie Silver Autonomie.logo-silver-autonomie-entreprises-bordeaux-business

Au quotidien, Nathalie s’occupe de la coordination commerciale et des plannings et François s’occupe plus particulièrement de la gestion administrative de la société. Le management du personnel est commun. Lors d’un premier rendez-vous avec les familles, Nathalie  va établir un  diagnostic des vrais besoins de la personne en compagnie de la personne âgée  et de sa famille. Selon les situations, elle sera en mesure de proposer un accompagnement sur-mesure, ou bien d’orienter les familles vers une structure plus adaptée, si nécessaire.

Aujourd’hui, Silver autonomie c’est une équipe d’une quinzaine de personnes, tournées vers la qualité des prestations. L’entreprise travaille en partenariat avec des EPHAD et possède un réseau de prescripteurs efficaces (milieu médical, recommandations familiales, centres hospitaliers, mandataires judiciaires…).

L’activité se concentre sur l’aide au ménage, à la toilette, aux repas… Tout ce qui concerne les activités quotidiennes ainsi que les actes essentiels à la vie, à l’exception des soins, réservés au personnel médical. Il est notamment interdit aux auxiliaires de vie de lire une ordonnance ou même de décacheter les médicaments… d’où l’importance de la mise en place d’un relais efficace avec les cabinets d’infirmiers, avec les médecins.

Un métier d’expérience dont la valeur ajoutée repose sur la qualité du personnel

Le développement progressif et maîtrisé de Silver Autonomie, avec une fidélisation constante de son personnel, a permis de conserver une entreprise à taille humaine, de proposer des services de qualité, malgré le caractère chronophage (autant que passionnant) de l’activité. Nathalie et François ont ainsi toujours à cœur de conserver leur philosophie initiale, afin de pouvoir rester libre, flexible, de s’adapter aux évolutions. S’il est très dur de « trouver des gens de confiance », la notoriété de Silver Autonomie permet à ce jour de recruter des personnes supplémentaires par le réseau professionnel. L’intégration de salariés en contrat de professionnalisation permet également une immersion terrain complète, qui leur permet d’être formés de manière globale.

Auxiliaire de vie est en effet « un métier d’expérience” . Il est impératif de veiller veille au confort de ses salariés, parfois confrontés à des situations humainement délicates. Cette fidélisation permet à Silver Autonomie de continuer régulièrement à former le personnel, mais également à partager les informations, faire remonter les dysfonctionnements éventuels, dans un souci d’amélioration constant. Un personnel compétent, impliqué au service de  seniors, c’est ce qui fait aujourd’hui la valeur de l’entreprise et la distinctivité.

Le service au cœur de l’histoire familiale

Auxiliaire de vie est donc métier d’expérience et de contact. On constate régulièrement un certain manque de respect « environnant »pour la condition de la personne âgée, tant il est difficilement mesurable pour des personnes « en pleine forme » de se rendre compte des changements au quotidien, des épreuves de tous les jours des seniors. Beaucoup de professionnels du secteur organisent des colloques de sensibilisation à la prise en compte du « pourquoi », de prendre en considération la psychologie familiale. Le métier nécessite ainsi énormément de gestion humaine et de gestion sociale, d’autant qu’avec les années,  on constate de plus en plus de troubles cognitifs, à prendre (de manière périphérique) en charge, eu égard à une carence prononcée des EPHAD, par manque de places disponibles.

Au quotidien, il faut donc veiller à placer « la bonne personne dans le bon foyer », tout en s’intégrant avec subtilité dans les équilibres en place, les aidants familiaux, l’absence ou l’éloignement de la famille, aider à restaurer le lien parfois, avoir un rôle d’alerte parfois sur une situation difficile… C’est aussi une satisfaction de pouvoir s’occuper de grandes personnalités qui ont été connues mondialement, de les aider et de les accompagner au quotidien, en toute discrétion.

Le point-clé, savoir rester concentré tout en étant en capacité de prendre du recul. Le rapport à la mort est en effet constant, et au-delà, tout ce qui touche à la « diminution » de l’être humain,  AVC, diminution, sclérose en plaques… Il faut également, et on l’oublie parfois gérer les tentatives de suicide, ou les morts à domicile, dont on parle peu…

L’auxiliaire de vie est en lien direct avec la famille, en lien direct avec la souffrance; alors que paradoxalement le métier dispose d’une très faible reconnaissance. Les seniors sont parfois des personnes fragilisées, qu’on accompagne dans leur intimité… On rentre réellement dans leur intimité, c’est donc très délicat, il faut véritablement que la personne ait envie d’être accompagnée, sinon cela ne peut pas fonctionner. « C’est une réelle forme de courage, que d’accepter d’être aidé ».

Au fur et à mesure, les auxiliaires de vie voient se dessiner, avec la confiance, les forces en présence, les rapports de famille… C’est un métier extrêmement enrichissants sur le plan humain. Tout doit être pris en compte,  l’histoire familiale, gérer la distance,  apprendre au quotidien des relations humaines….et ensuite organiser l’emploi du temps en fonction de tous les intervenants, pour limiter les moments de « solitude », grâce au plan d’aide, avec un cahier de liaison à domicile, permettant une prise en charge globale.

L’environnement extérieur des soins est également un facteur-clé. “Bordeaux est une belle ville médicale avec des grands centres de neurologie et de médecins très compétents”. Savec cet investissement personnel, il très difficile de segmenter vie privée et vie professionnelle, au bout de six ans d’activité, “l’équipe en place est fiable et nous pouvons déléguer en toute confiance” auprès d’un personnel, qui a une réelle conscience professionnelle. Ce qui  permet à Silver Autonomie de continuer à avancer , et de maintenir au quotidien, au-delà du service rendu, une véritable vocation au contact de l’humain.

 

AZ – Bordeaux Business

9 juin 2017

Economie collaborative, le business model qui fait « pschittt”

30 mai 2017

Quand l’objet du quotidien devient art… monétisable

Join the discussion One Comment

  • Gilles Romand dit :

    J’ai eu la chance de rencontrer François et Nathalie et je peux témoigner que leur entreprise est à leur image : utile, nécessaire et humaine. Ils comblent avec coeur et efficacité les manques d’une société qui oublie si souvent ses ainés.

Leave a Reply