TDF inaugure un Datacenter à Bouliac

Datacenter Bordeaux Business

TDF inaugure un Datacenter à Bouliac

S’il est bien un marché qui a connu un grand boom en France, c’est celui des centres de traitement de données, ou datacenters. Le 27 novembre 2018, la société TDF, spécialisée dans la diffusion numérique et la construction d’infrastructures télécoms, a inauguré un deuxième datacenter à Bouliac, au sein de Bordeaux Métropole. Ce bâtiment a pour but d’héberger et de stocker les données des clients de TDF, pour leur éviter de devoir gérer leur propre serveur et profiter de services sécurisés. Ce grand centre de proximité de 1200 m² est en fait l’agrandissement du premier centre de TDF construit en 2013 au même endroit. Décryptage d’un investissement considérable qui renforce l’attractivité économique et numérique de la métropole bordelaise tout en confirmant une tendance de marché. Bordeaux s’inscrit au cœur de la révolution numérique.

 

Codes programmation Bordeaux Business

 

Le doublement d’un datacenter moderne, pour 7 millions d’euros

 

En 2013, TDF inaugurait déjà son premier centre de traitement de données dans la ville de Bouliac, pour un investissement de 6 millions d’euros. 3 autres datacenters de région s’en étaient suivis, à Rennes, Lille et Aix-en-Provence. Cependant, face à la demande très importante dans la métropole bordelaise et au risque de saturation de sa capacité de stockage, la société numérique a dû étendre une première fois ses serveurs en 2016. Mais les 120 baies de stockage, c’est-à-dire les étagères sur lesquels sont entreposés les serveurs, n’ont visiblement pas contenu sa dynamique de commercialisation.
Dès lors, TDF a investi 7 millions d’euros dans le doublement de sa capacité de stockage, pour la porter à 240 baies, mobilisant le tissu entrepreneurial local. Le nouveau bâtiment autonome en matière d’énergie et refroidissement a été inauguré en novembre 2018. Si vous avez l’occasion de circuler dans ce grand bâtiment, vous découvrirez ces 240 baies alignées comme dans un centre d’archivages, les lumières en plus. Les partenaires sont à la fois les entreprises dont le cœur de métier est de revendre des services numériques à leurs clients, mais aussi les groupes, PME ou collectivités qui préfèrent stocker leurs données dans un centre d’hébergement sécurisé et disponible 24h/24, 7 jours/7. Deux groupes électrogènes de secours préviennent des accidents. La toiture végétalisée de 240m² de ce bâtiment Green IT a été choisie pour réduire la chaleur dégagée dans le quartier par le datacenter, sachant que les datacenters seraient, selon l’Institut Mines-Télécoms, responsables d’une émission de CO² au moins équivalent à l’aviation civile. La présence de cet écosystème végétal permet aussi de protéger l’installation de tous les aléas climatiques, notamment les grandes variations de températures liées aux canicules estivales ou aux périodes de grand froid durant l’hiver. Les deux groupes froids du datacenter doivent limiter la température à 12°C, afin de prévenir toute surchauffe des baies liées au fonctionnement continu de toute l’installation.

Un marché bordelais des datacenters à maturation ?

 

Stockage données Bordeaux Business

 

Si certaines études prévoient la réduction du nombre de datacenters à l’horizon 2020, une tendance est certaine : les datacenters actuels n’auront de cesse de s’agrandir. Le besoin en espace de stockage immédiatement disponible augmente, et la question de la sécurité est au cœur des préoccupations des entreprises qui se numérisent. La croissance des flux des données prévues avec le réseau 5G est un autre facteur de croissance du marché.
Plus spécifiquement, le datacenter TDF Bouliac illustre le boom des centres de traitement de données de proximité, ou régionaux. De surface plus réduite qu’en Île-de-France, les centres régionaux profitent cependant de plusieurs tendances. D’une part, la législation européenne qui pousse à choisir des centres nationaux, puisqu’est interdit tout transfert de données personnelles hors de l’espace européen. Le Patriot Act américain incite également à choisir des entreprises nationales, pour éviter l’extraterritorialité de la justice américaine qui s’applique aux grandes entreprises du numérique comme Google ou Amazon. D’autre part, les écosystèmes économiques régionaux, particulièrement denses dans la métropole bordelaise, conduisent les entreprises à faire le choix d’une relocalisation de leurs données à proximité de leurs lieux d’implantation. D’autres acteurs français font aussi le choix de Bordeaux-Bouliac pour multiplier les zones de localisation de leurs données et réduire les risques de perte.

 

Que les acteurs bordelais se rassurent donc quant aux perspectives d’évolution de leur filière dans la région. Le deuxième Datacenter de Bouliac a déjà trouvé des clients, et l’entreprise a même annoncé qu’elle projetait une deuxième extension de son centre de traitement de données. Pour les entreprises qui choisissent de stocker leurs données dans l’un des Datacenters, c’est avant tout la garantie d’une forte sécurité dans leur protection. La configuration de ces nombreux espaces répartis à travers le monde permettent un fonctionnement toujours optimal des installations, afin que les serveurs soient conservées dans un environnement régulé et sécurisé (qualité de l’air, température intérieure régulée, générateurs de secours en cas de panne électrique…). Une surveillance constante de ces bâtiments est de rigueur, tant pour vérifier et prévenir la moindre panne que pour éviter les intrusions quelles qu’elles soient.

 

BORDEAUX Business

 

Sources :

TDF.fr

Ivision

Ct.nexity

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X