Travailleurs saisonniers hiver neige

Travailleurs saisonniers, des aides pour dépasser la pandémie

Dernière mise à jour:

Les travailleurs saisonniers n’exercent leur activité qu’au cours d’une saison durant l’année, sur des secteurs d’activité bien précis. Avec la pandémie de COVID-19, les travailleurs saisonniers rencontrent toutefois des difficultés à exercer leur activité. L’on pense actuellement à la situation au sein des stations de ski l’hiver; une période habituellement charnière pour les professionnels du milieu. Afin de ne pas léser les professionnels et leurs salariés en contrat saisonnier, le Gouvernement propose des aides exceptionnelles pour les soutenir. 

Stations de ski, une activité à l’arrêt pour les travailleurs saisonniers

Chaque année, l’hiver est synonyme de vacances à la montagne. La saison hivernale est également une période où l’activité des stations de ski est particulièrement importante. Location de ski, hébergements, restauration, guides de montagne, ou encore accueil pour les forfaits et les remontées mécaniques… Autant de métiers qui dépendent de la fréquentation des stations, et des conditions dans lesquelles se déroulent les ouvertures. 

Télésièges station ski tourisme
Les remontées mécaniques ne vont pas ouvrir tout de suite dans les stations de ski.

Cette année, le manque de neige n’est pas le facteur qui empêche les stations d’ouvrir et d’accueillir des visiteurs. Il s’agit en effet de la pandémie de COVID-19, qui touche maintenant l’ensemble du pays depuis bientôt un an. Pour les travailleurs saisonniers, la situation sanitaire est une source de questionnement et d’incertitudes, leur contrat étant une source de revenus importante. 

Afin de lutter contre la précarité des travailleurs saisonniers, le Gouvernement autorise la prise en charge du dispositif d’activité partielle des salariés, sous certaines conditions. Par exemple, s’il s’agit d’une reconduction du contrat de travail du saisonnier pour une seconde saison… Ou si une promesse d’embauche est écrite et signée avant le 1er décembre 2020… OU encore la preuve d’un contrat de travail déjà établi. 

Afin de ne pas pénaliser les entreprises du secteur et les employeurs, le Gouvernement annonce aussi des mesures positives. Le maintien, par exemple, du taux de prise en charge actuel du chômage partiel jusqu’à l’annonce d’une date de réouverture des stations. Une situation encore indéfinie à ce jour. En effet, le Gouvernement devait annoncer une mise en marche des remontées mécaniques au 7 janvier 2021… Une annonce finalement repoussée, compte tenu de la situation sanitaire jugée préoccupante. 

Les stations de ski redoutent la saison 2021 en France – Source AFP (YouTube)

Une main tendue vers l’accès au logement des travailleurs saisonniers

Les travailleurs saisonniers exercent parfois loin de chez eux, ce qui rend impossible les trajets quotidiens entre leur domicile et leur lieu de travail. La condition sine qua non d’une telle embauche est de trouver un hébergement à proximité du lieu de travail pour se déplacer facilement. Certains dirigeants d’entreprises proposent des logements saisonniers à leurs salariés, avec un prix raisonnable. 

Pour soutenir l’accès à un contrat saisonnier, Action Logement et le Ministère de l’Agriculture proposent une aide exceptionnelle aux travailleurs. Un montant de 150€ par mois, possiblement renouvelable sur six mois selon certaines conditions. En cas de chômage partiel, de baisse de revenus ou dans le cas d’une promesse d’embauche ajournée, l’aide s’étend sur 2 mois, soit un total de 300€. Elle peut aller jusqu’à 6 mois si le travailleur saisonnier est en perte d’emploi, et s’il a déjà bénéficié de l’aide sur les deux premiers mois. 

Ces aides sont disponibles depuis le 15 décembre 2020. Elles permettent de maintenir une certaine activité dans des secteurs qui continuent de fonctionner, comme dans les métiers agricoles. Malgré la pandémie, l’agriculture continue de fonctionner, et le besoin en travailleurs saisonniers se poursuit. En Nouvelle-Aquitaine, l’une des périodes les plus dynamiques pour ce secteur est celle des vendanges. 

Récolte vignes raisin saisonniers
A Bordeaux, les vendanges sont une période qui recrute énormément de travailleurs saisonniers.

Pour en bénéficier dans le secteur agricole, le travailleur saisonnier doit disposer de ressources inférieures ou égales à 1,5 SMIC (soit 1 845, 00 € net/mois). En cas d’activité à temps partiel, le revenu horaire net se situe entre 8,03 € et 12,05 €

Pour plus d’informations concernant les modalités d’accès à cette aide exceptionnelle, vous pouvez consulter le site d’Action Logement.

Un soutien nécessaire pour maintenir l’emploi et l’activité économique

Les travailleurs saisonniers contribuent ainsi au dynamisme économique du pays, en apportant une aide aux entreprises de secteurs ayant une activité définie. L’agriculture, les métiers de montagne ou encore le travail dans les stations balnéaires sont des secteurs à forte demande sur leur saison respective. Bien que certains secteurs comme la culture, l’hôtellerie-restauration et le tourisme ne puissent pas avoir une activité normale, ils s’adaptent pour proposer des services à leurs clients. 

Avec les aides proposées par le Gouvernement et les acteurs locaux ou nationaux, ces secteurs d’activités restent donc attractifs et fonctionnent. Et même si la pandémie continue d’empêcher les projections dans les décisions… Les travailleurs saisonniers restent présents et mobilisés pour soutenir ces secteurs.

Cette dernière année a bouleversé le fonctionnement des entreprises du pays, dans les secteurs privé, public ou encore agricole. L’heure est propice à la remise en question, et à la prise de décisions pour s’adapter, malgré le contexte inédit. 

Sources : 

  1. Nouvelles aides au logement pour les salariés demandeurs d’emploi en saison agricole, Action Logement, publié le 11 décembre 2020
  2. Coronavirus et fermeture des stations de ski, Weblex, décembre 2020
  3. Logement : l’aide de 150 euros est prolongée, Service Public, publié le 10 novembre 2020
Plus d'articles
Airbus avion passagers
Airbus, à la conquête de l’avenir
X