Le paysage bordelais continue de se modifier, petit à petit. Des monuments imposants et incontournables tels que la Cité du Vin, le Stade Matmut Atlantique, des quartiers rénovés et modernisés tels que les Bassins à Flot, ou encore le Quartier Brazza… Mais aussi la construction du pont Chaban-Delmas afin de relier le quartier des Chartrons à Brazza, situé en rive droite. Comptant également le pont d’Aquitaine, le pont de pierre, le pont François Mitterrand ou encore le pont Saint-Jean, qui relient les deux rives situées de part et d’autre de la Garonne, Bordeaux continue de faire des travaux de grande ampleur pour améliorer la vie de ses habitants, qui ont parfois des difficultés à traverser (problèmes de circulation, grands détours…) C’est notamment le cas des personnes qui souhaitent se rendre de Bègles vers Floirac, où sera prochainement inauguré la salle de concert Bordeaux Metropole Arena. La rive droite s’étant bien développée démographiquement et économiquement, il est désormais utile, et nécessaire de multiplier les liaisons entre elle et la rive gauche.

Relier les hommes, entre transport et culture

C’est pourquoi la ville de Bordeaux a retenu le projet de l’Office for Metropolitan Architecture (OMA), lauréat du concours architectural pour construire un pont reliant les deux villes. Conçu par l’architecte Clément Blanchet, l’ancien directeur de OMA France, ce pont de 459 mètres de long et 44 mètres de large devrait commencer à être construit en Septembre 2017, pour une livraison prévue en 2020. Le projet de 121 millions d’euros permettra non seulement la circulation des véhicules et des piétons, mais aussi la tenue de manifestations diverses. Il s’agirait du 6ème pont qui relierait les deux rives de Bordeaux, une manière de montrer que, malgré le passage de la Garonne, Bordeaux et sa communauté urbaine ne font qu’un. De plus, la construction de ce pont viendrait apporter un dynamisme supplémentaire au futur quartier d’affaires Bordeaux Euratlantique, situé à la fois sur la rive gauche et sur la rive droite.

En l’honneur de la Grande Dame…

Ce pont devait prendre le nom du boulevard Jean-Jacques Bosc, dont il est l’extension. Toutefois, Alain Juppé a décidé de l’appeler “Simone Veil”, lors de l’annonce de sa disparition. Une décision approuvée et appréciée par les Bordelais.

De plus, ce pont est différent des autres déjà existants. En effet, il s’agit d’un pont évolutif, modulable selon les événements. Et la ville voit grand : installation d’un cinéma en plein air, organisation de concerts, couverture d’événements tels que le passage du Tour de France, ou encore de la Fête du Vin ou encore de marchés…

 

Audrey Kozaczka – Bordeaux Business

 

Sources :

Bordeaux Métropole

Bordeaux.fr