verre vin dégustation millésime

Vin : Le millésime 2020 arrive « en Cadillac »

Dernière mise à jour:

La crise sanitaire et les conditions climatiques ont eu un impact fort sur le vin et son millésime 2020. Néanmoins, malgré une année forte en rebondissements, les récoltes sont positives. La commercialisation et la consommation sont quant à elles davantage impactées, surtout avec les incertitudes concernant les fêtes de fin d’année

Vendanges et vin de Cadillac, une année particulière

L’année 2020 n’a pas été facile pour un grand nombre de secteurs. Subissant les aléas climatiques et la crise sanitaire de la COVID-19, les vendanges en font partie. Confrontés à des pertes conséquences chaque année, notamment à cause des températures extrêmes, les viticulteurs subissent les changements climatiques. Le gel est particulièrement redouté mais les fortes chaleurs également.

Ainsi, le gel au mois d’avril puis les épisodes de grêle et enfin les sécheresses ont rythmé l’année de façon particulièrement intense. Malgré tout, les vendanges dans la région de Bordeaux ont pu avoir lieu, même si elles étaient en avance cette année (1). Au 1er août, l’estimation des récoltes était estimée entre 44,7 et 45,7 millions d’hectolitres sur l’ensemble du territoire (2). Cela représente une hausse d’environ 6% comparé à l’année 2019.

vignes récoltes millésime vin maison cadillac
Étendue de vignes, représentatif du millésime 2020.

Les vins de Cadillac font partie des vins de Bordeaux et sont reconnus. Malgré une année compliquée pour le secteur vini-viticole, elle est cependant unique au niveau des arômes. Ainsi, le millésime 2020 n’est pas comparable car les aléas climatiques subis l’ont rendu singulier. Cela s’observe tant au niveau de degrés, des PH et des acidités. Les arômes et les couleurs sont uniques, pour des vins de qualité.

La vente de vin, impactée par la crise sanitaire

Malgré un millésime finalement prometteur et de qualité, la crise sanitaire à tout de même un impact sur le secteur. En effet, la commercialisation semble quelque peu compromise. Cité du Vin fermée, foires des vins annulées, fermetures des bars et restaurants, la COVID-19 mène la vie dure au secteur… Et ce malgré quelques initiatives comme le vin en Drive.

Néanmoins, c’est également la situation complexe du commerce international, avec la mise en rigueur de taxes, qui impacte les ventes. En effet, en 2019, ce sont plus de 13 milliards d’euros de chiffre d’affaires à l’export qui ont été enregistrés (3). Un chiffre non négligeable mais en forte baisse durant l’année 2020. Tout d’abord causée par la taxe américaine sur l’exportation des vins et spiritueux ayant causé une chute de 26% en valeur des ventes (4). Vient ensuite s’ajouter la crise sanitaire et les restrictions en matière de commerce international.

De plus, la consommation globale des Français connaît une forte diminution. Connue pour être le 2ème pays consommant le plus de vin au monde, la France enregistre une baisse depuis 30 ans (3). En effet, fortement favorisé lors des apéritifs et dîners le vin est une véritable tradition. Néanmoins, remplacée par de l’eau lors des repas, cette consommation diminue (5). Malgré l’installation de la dynamique du “mieux boire”, le vin restera toujours le plaisir des Français. Ainsi, bu principalement par plaisir, le vin devient davantage une boisson pour des occasions particulières (5).

 

Sources :

  1. Un millésime pas comme les autres, Cadillac, communiqué du 20 octobre 2020 
  2. Une production viticole 2020 estimée, au 1er août, entre 44,7 et 45,7 millions d’hectolitres, Agreste, juillet 2020
  3. Chiffres clés, CNIV, 2019
  4. Pour la FEVS, l’Etat reste sourd aux demandes des exportateurs français de vins, communiqué de juin 2020
  5. Etude, Mieux comprendre la déconsommation de vin, juillet 2020
Plus d'articles
Digitalisation entreprises Bordeaux Business
Réussir sa révolution numérique à Bordeaux
X